En alchimie le lion est la représentation classique du principe fixe, le Soufre des Philosophes.

Le lion vert est le vitriol vert appelé aussi la rosée de mai 

Image azoth figure 4: 

Une autre image, tirée de l'Azoth, attribué à Basile Valentin (Paris, 1624montre, sous des dehors plus âpres, la même allégorie : la conjonction du  Soufre rouge et du Sel [Soufre blanc] assurée par le Mercure philosophique dont l'image est saisissante de vie. L'enlacement est en effet réalisé par un serpent dont les extrémités sont un lion dévorant un aigle [dans la Clef XII de Basile, c'est un lion dévorant un serpent, cf. supra]. On ne peut mieux symboliser cette bataille que se livrent le fixe et le volatil pour assurer la cohésion, puis la coagulation du Soufre et du Mercure commun (Sel). Il faut décidément méditer les expériences de Newton sur les amalgames (voir aussi infra). Notez la confusion voulue que certains ont fait en parlant du Mercure commun là où ils donnaient à entendre le Sel [cf. Traité du Sel, Michel Sendivogius].

 

de lapide philosophorum figure 4

4. La Force (tombeau de François 2 à nantes

Fulcanelli examine ensuite ce qu'il appelle la pièce capitale du tombeau des Carmes : la Force. Cette statue se présente, le bras gauche tenant une tour d'où elle sort un dragon, serré au col et sur le point d'expirer. Cette Vertu est fille de la Justice et elle contracte, au plan symbolique, d'étroits rapports avec le chêne ; elle représente aussi le Lion dompté par la vierge

[on relèvera une allégorie semblable dans la section sur la matière première, au sujet d'un passage de Zosime].

La Force est aussi le symbole de la Foi et l'on ne peut ignorer la description paulinienne de l'armure dont le chrétien doit se servir pour le combat spirituel du salut : le bouclier apparaît comme la Foi contre laquelle se briseront tous les traits du mauvais. Certes, on pourrait penser que nous tombons dans le travers d'une allégorie excessivement ésotérique et à caractère mystique ; mais c'est précisément là que l'on 

trouve un lien avec des réactions chimiques : saint Paul dit précisément que c'est la Foi qui éteindra les traits enflammés du Mauvais. Posons, ici, que le Mauvais - c'est-à-dire Lucifer - représente Vénus, l'étoile du matin, à l'aurore, l'une des deux étoiles dont nous parle E. Canseliet dans l'une des trois préfaces aux Myst. Nous savons que Lucifer, sous cette terre corrompue, ce globe crucifère, cache en l'antimoine l'un des plus importants arcanes de l'oeuvre. L'analogie est alors facile à trouver entre la Foi - donc la Force, cf. la Chrysopée du Seigneur, attribuée à Ramon Lull - et l'eau ; cette eau est nécessaire pour éteindre le feu de cette terre foisonnante, et pour la délayer en la transformant en lait, seul capable de « nourrir » Apollon [le borith des Anciens]. Le Lion vert dompté par la Vierge peut ainsi apparaître comme l'allégorie du combat de l'eau et de cette terre, se présentant comme une masse blanche amorphe - littéralement un chaos - très avide d'eau.

Site en cours de rédaction

Suivez les nouvelles pages sur les réseaux sociaux

Apprendre les Runes

Hagalaz, association avec les autres runes (lun., 03 juil. 2017)
>> Lire la suite

Interprétation et lecture de la rune Hagalaz (lun., 03 juil. 2017)
>> Lire la suite

Wunjo, association avec les autres runes (lun., 29 mai 2017)
>> Lire la suite

Interprétation et lecture de la rune Wunjo (lun., 29 mai 2017)
>> Lire la suite

Gebo, association avec les autres runes (mer., 03 mai 2017)
>> Lire la suite

Recherche

Loading

Derniers Tweets

Recherche Tarot

Site réalisé par

MRWebCréation